Ch'l'évacuation d'el'guerre 14-18 de Marie Cabre Doué

 

 

Ch'l'évacuation d'el'guerre 14-18.
Ch'est un 1915 qu'el' famil' ed' min père,
Sous l'mitral' ed' ches boches, a dû vite es'sauver,
ln gardant dins leu yux, ches horreurs d'el'sal'guerre,
Allant à l'avintur', sans savoir dù aller.


Ch'est pindant el' teurmint' sans rin print', sont partis,
ln quittant leu Artois déjà bin démoli.
Cha duré bin des jours, des nuits sans s'allonger,
Dins ch'train sans toilett', i fallot faire d'zarrêts.


Norir et donner l'iau à tous l'zévacués,
Ch'étot interminap', pour ches gins, éch'voïache.
A ch' l'arrêt in Bretann', z'avot'nt perdu courache,
Contins quand i z' ont su qu'i z' étot'nt arrivés.


Ch'étot un soulag'mint quand in l'z'a installés.
Eun' grand'pièche dins l'mairie, in leu zavot donnée,
Dù qu'i n'y avot pas poêl', mais eun' grand' quéminée.
Ch'étot dur au début fallot s'organiser.


A ch' lavoir, laver ch' linch, querr'du bos dins l'forêt,
Fallot apprint' à vif à l'mot' ed'ches Bretons.
Fallot faire des fagots, éch' bos ch'étot, ch'carbon,
Pénipe pour em'gramère qui jurot sans arrêt.


Pour allumer sin fu, accroupie bin souvint,
Ali' soufflot fort ed'sus, pour que bin vite i print.
Quo qu'all' a pu argretter sin poêl' ,
Sin four qui li cuijot, ches tartes à ches Noëls.


Ch'étot eun' aut' vie pour eux, fallot s'habituer:
Pas de cabinet, et dins l'natur' fallot y aller.
Fallot baisser l'culotte, et souvint ches orties
Faisot'nt gramint d'ravaches aux culs indoloris.


Ch'est comm'cha qu'ches quatr' ans d'guerr', pour eux ont passés.
Ches viux ont bin souffert, d'n'parler qu'éch' patois.
Ches Bretons d'éch villache qui n' les comperdot'nt pas,
Les app'lot'nt «boches du Nord », d'éch bourg, z'étot'nt l'risée.


Et l'z'infants à l'écol ', combin d'fos s'sont battus,
Pour défint' leu parints, pour défint' leu pays.
Ch'est quand tout l' mont' a vu, su ch'mur ed' la mairie,
El' list' ed' ches poilus, leu pauf's tiots disparus.

 

ln sa vite aperchu qu'i avot el' meim' angouche,
Pour ches famil's des chtis, que chell's ed' ches Bretons.
A partit d'ech' jour là, ches tiots tot'nt moins farouches,
Ches Bretons et ches chtis, mingeot'nt insann'ch'cochon.


Et quand éch' l'armistice a eu infin sonné,
Eun' grand' joie dins ches cœurs avot comm'explosée.
Pendant tros jours su l' plache, in faijot équ' danser.
El' tiot' Marie Bretonn' et Colas ch'réfugié


Z'avot'nt dansé insann' et s' sintot'nt attirés.
Tous deux s'étot' nt jurés qu'un jour i se s'rot'nt mariés.
El'sœur ed'min grand-père avot bin du plaisir,
Ali' pinsot à sin tiot qu'all'allot vite arvir.


Mais, cha qu'al'n' savot pas, ch'est qu'sin pétit soldat,
Dins el' fond d'eun' tranchée, jamais i n'arviendra ...
Trois heures avant l'sonnerie, avot été tué.
Quand tout village l'a su, tout l'mont'étot peiné.


Et, dins s'Nord Pas de Calais, quand i sont arvénus,
Ches viux étot'nt bénaches, mais ches jonn's tous déçus,
Pas contints d's'artreuver dins ch'pays dévasté,
Et Colas, l'cœur brijé, busiot à s'fiancée.

Marie Doué Cabre



09/11/2013
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 806 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion