Je vous salue l'abbé. de Bertrand COCQ

 

 

 

abbé pierre.jpg

 

Poème écrit le 24 01 2007 par Bertrand COCQ

 Je vous salue l'abbé.

Saint Pierre , fais attintion , quand t'ouvriras cheulle porte,

I étot pus fort solite et putôt « mal à pattes »,

Faudrot pon l' bousculer, i a fort saquer sur l'corte,

Alors, ches derniers temps sin coeur il étot mate.

 

Va falloir qui s'arposse , l'temps d' arprinte haleine,

Et au bout d'un momint , quand i s'ra rapuré ,

Té vas l'vire s' léver et i va printe la peine,

D' aller r'emercier ch' Bon Diu, d' l' avoir enfin rappelé.

 

J' voudros pas Saint Pierre, vous donner un consel,

J' supposse qu' au Paradis, o z'êtes bien équipés,

Qu'o z'avez Internet , suremint l'ADSL ,

Que vous lijez l' journal, et ravisez télé.

 

Mais muchez vite tout cha ! , surtout ne l' laichez pas,

Acouter les discours, raviser tout l' dallache

Que s' mort a provoqué, in partant d'ichi bas,

Pasque j' in sus certain, cha va l' armette in rache .

 

Je l' vos d'ichi l' abbé, escouant sin bâton,

Qui pourrot bien aquaire sur l'nez d'un politique,

In criant : « taijez-vous ! I a donc vraimint rien d' bon,

Qui sortira un jour d' toute cheulle maudite clique ! .

 

Vla ti pas qu' in pinse même à m' drécher d'z' estatues,

A m'donner des médales, à dire « ch' tot un Saint homme »

A appeler « Abbé Pierre », ches lois et ches avenues,

A dire « ch'est bête, s'plache , ch'étot suremint à Rome ! ».

 

Vous n'avez rien compris, i a pas d'quoi ête fort fier,

Vous dijez « et à s' t'heure, quoi qu'in va faire sans li ? »

J' vous l' dis eune fos pour toutes : « vous êtes tous abbé Pierre »,

Je n' fais pas d' différence intre vous et pis mi!.

 

J'auros jamais cru cha d'ête à ch'point là bouché,

Ti possipe d'ête si bête, i n'ont donc rien compris,

ICha fait 52 ans qu' je m' tue à l'répêter :

"Quand té donnes à quequ'un, ch't'a ti qu'té fais plaisi !!".

 

Pour avoir kaire ches gins ,faut pas faire d' chichi,

Cha n'est pas tout d' les vire, i faut les raviser,

Même si ch'est difficile, faut avoir à l'esprit

Que t'auras rien donné, si t'as pas tout donné. !

 

Et alors là Saint Pierre, i va r'mette s'capeline ,

In marmonnant dins s'barpe , i va vous déclarer :

« J'espère qu' ichi ches paufes i font pas du campine ,

Qu' les riches et les moins riches sont tertous mélangés.

 

J'espère qu' au Paradis, i a pas d' première classe.

Je n' veux pas qu' in m'installe à côté de ch' Bon Diu,

Donnez-me eune kaïelle , et faijez-me eune plache

ichi, derrière l' porte , juste à côté de ch'fu.

 

j' va accueillir ches gins , vire c'mint qui s'ont traités,

I a n'in suremint dins l' lot, certains que j'connaichos.

L' frodure alle s'installe, l'jour qu'in va m'interrer.

I a des paufes diapes l'nuit chi qui sont morts dins ch'rucheau.

 

J'espère qu'ichi au moins, té t' fais pas arfoulé ,

Qu'in d'minte pas tes papiers, ou des fiches d' salaires.

Que té seuches blanc ou noir, ou bin café au lait,

J'espère Seigneur qu' ichi , o n'avez pon d' Karcher. »

Bertrand COCQ



22/01/2017
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 787 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion