L'cornale et le roitelet de Bertrand COCQ

L’ cornale et le roitelet 

« Min garchon » , dit l’ cornale , va falloir t’ rapajer .
De m’ vie , j’ ai jamais vu d’ monieau si énervé !.
T’ arrifes , te jettes tes bras , te t’ mets à t’ tortiller ,
Comme un vier qui aurot attrapé un cop d’ louchet .

 

Té dis : J’ va tout nettier , surtout laichez-me faire ,
Passez-me les grenates , donnez-me un karcher !.
Té cries : « j’ m’ occupe d’ tout , j’ va tout armette in plache ! »,
Et à la fin du compte , ravisse-me chi l’ dallache ! »

 

« Pas monieau ,répond l’ aute , j’ sus in roitelet ,
Et pis passe tin quémin , ti je n’ t’ ai pas sifflé.
J’ parle pas aux osieaux noirs , core moins à des cornales ,
Ch’ est mi qui fait la loi ,pas eune bante d’ racales ! »

 

« Bin chelle là alle est raite , té viens dins min maïs,
Té fais tin rinquiquin , té veux faire la police ,
Té t’ fais printe in photo , t’ es fier comme Artaban ,
Et pis après té t’ saufes in laichant tout in plans !.


« Pour à s’ t’ heure , j’ sus roitelet , mais quand j’ vais devenir roi ,
I faudra m’ acouter , ch’ est mi qui f’ra la loi !.
Monieaux , mouviars , agaches et surtout les cornales ,
J’ va armuer tout cha et z’ armette au traval ! ».

 

« Au traval ?, mais du cha ? ,dis-me dusqu’ in in treufe ?,
J’ té signale pour mémoire , qu’ in t’ a d’ jà vu à l’oeufe !.
Roitelet , grand-duc ,mouquet et même l’ aigle royal ,
Vous d’ vettes vous occuper de la fracture sociale.

 

Cha devot s’ arringer , cha allot aller miux ,
Pour les ptits, les malates, les paufes , les femmes , les viux .
Té vos , ti , tin viux roi et toute vote pétite cour ,
Vous n’êtes que des minteux ,des prometteux d’ bons jours !.

 

Grands dijeux , ptits faijeux , généreux in promesses ,
Mais qui devant l’ ouvrache , s’ dégonflent comme eune vesse !. »
« Si qu’ o n’ êtes pas cotints ,vous pouvez arpartir ,
Ch’est certainemint pas mi qui va vous arténir ! ».

 

« Arpartir ? , té plaisantes , ichi j’ sus à m’ maison ,
J’ sus né dins ch’ camp d’ maïs , m’ n’ allez , i a pas d’ raison !.
J’ cujis dusque j’ veux vife et té peux rien y faire ,
Un osieau i a des ailes , i n’ connot pas d’ frontière.

 

J’ peux pas ouvrir min poste sans arquaire sur t’ figure ,
Pour m’ dire : d’ main j’ s’ rai roi , cha ira miux ch’est sûr !.
Té peux devenir roi et pis jamais grandir ,
Quéqu’ un peut printe t’ plache , sans que té l’ voches vénir.

 

Té queures , té gesticules , té restes jamais à plache ,
In a tous bien compris que té voulos l’ belle plache.
T’ es pétit sur tes pattes et t’ es pétit dins t’ tiête ,
Fais attintion qu’ in jour , in t’pleume comme eune allouette !.

 

J’ai connu un vautour qui n’avot fau qu’ un oeul ,
Té c’ minches a y arsonner , esbrouffeux , fort in gueule .
J’ va dire dins ch’ camp d’ maïs , aux mouviars , aux agaches ,
Sansonnets , monieaux gris , osieaux au triste plumache,


D’ aller dins l’ isoloir et qu’ au momint d’ cujir ,
I s’ rappellent qu’ eux aussi , i z’ont leur mot à dire.

Bertrand COCQ



20/01/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 787 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion