Noël des pauvres "Aimable LUCAS"

Noël des pauvres

Couché, bien malade ed'dins s'lit,
L'petit Jean malgré ses huit ans
A s'mère in larmes souvint y dit:
« Quoë Noël apport'ra à Jean? »


« Te m'avos dit inne belle trompette»
« Et inne grosse quignole tout dorée»
« Pourquoi qu'à ch't'heur te baisses el'tête ? »
« Dis-me, bonne mère, pourquoi pleurer? »


D't'a l'heure, s'mère avot promis
Qué si y buvot tout s'potion
Au soir, Noël il érot mis
Inne quignole et in biau clairon


Aussi, l'pauv'malade, au galop,
Sans s'faire prier avot tout bu :
Paquets, tisanes, pilules, chirop
Infin, tout s'qu'in érot voulu.


D'pis l'soir ell'fiève avot monté
Les parins étot' aux alarmes
Intendant ch'l'infant répéter
D'inn' voix trist et les yux in larmes:


« Ha ! Noël, té n'veux rien m'donner!
« J'sus in guerchon bien sage pourtant !
« J'ai mis m'bottine dins l'quéminée
« Au même indrot équ'tous les ans ».


Niavot pus in sou dins l'maison
Tout passot in médicaments
L'pauv'père, il y perdot s'raison
D'point pouvoir rind' l'infant contint.


Tout d'in coup, l'tiot s'lève sus sin lit
Les yeux hagards, tout tremblotant.
A l'église sonne ell'messe minuit
Ch'est Noël qui vient, dit l'infant.


L'père queurt dins les rues comme in fou
Sans bêtot savoir dû qui va
Car dins s'poche y n'a pus in sou
Mais vers l'ville y dirige ses pas,


Et le v'là d'vant chés bell'vitrines.
Des gins sortent les bras pleins d'jouets
Qui r'portent aux gamins, aux gamines,
L'pauvr'homme voët cha, triste et muet.

 

Ain momint, sin poing y s'lève
Prêt à s'abatte in plein carreau :
Mais inne idée, tout comme in rêve
Li vient traverser l'cerveau.


ln deux s' condes il est à l'église
S'casquette intassé d'sus ses yeux
Tind s'main et d'inne voix qui vous brise
Dit: « Pou l'Noël des malheureux ... »


Bientôt des sous quettent ed'dins s'main
Et l'pauv'père oubliant s'fierté
Pour coritinter sin galopin
S'laisse aller à l'mendicité.


Grâce aux p'tits sous des gins d'bon coeur
Il acquatt' coquille et trompette
El' brav'homme est tout plein d'bonheur
y brait d'joie! L'infant èra s'fête.


Su l'oreiller du p'tiot malade
y dépose trompette et guignole.
Au mitant d'inne folle imbrassade
L'petiot, gai comme in rossignol,


D's'fluette voix y dit à s'père:
« Noël avot donc passé l'porte?
« J'sus contint, père qu'tas té l'arquerre
« Peut ête qui pinsot qu'j'étos mort! ».

Aimable LUCAS



21/12/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 792 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion