Quand j'vos ein Terril -Robert MILLE-

Quand j'vos ein Terril

Sin ravisoir tout noir parei à ches cras fouans,
Dû qu'in aperchuvot sin rgard aux yux luijants,
Tout conm' nous armontant du fin fond d'el galrie,
El lueur d'sin quinquet dû qu'i'l'ahoquot s'vie;
Eds espadriles in cort', pour faire el route à pied
Et, pindu à s'n épaule, el boutlot d'fer bochlé ;
Edsus s'tête el béguin, muchant s'blon.né cavlure,
Es barette in cuir noir ahoqué' à l'cheinture.
Ch'est ainsin qu'el mineur dé l'foss' rintrot mafflé.
J'el vos cor, cha fait lon, j'étos cor tchiot nasié.
Ech tableau vénérap' ch 'est à li qu'ej busie,
Quand j'vos ein noir terril.

 

Dins l'durt' vein.ne arlouquant, à coup d'pic, ed rivlain.ne
Ou bien pus tard s'inchpant dins l'mécaniqu' su l'dain.ne ;
Chel pelle (él gran.ne escoupe) él maniant à coups d'reins,
Et poussant l'lourd barou qui n'avot pon bzon d'freins;
Copant, aplachant l'bos, qu'i seuche ed chapin, d'quein.ne,
Qu'el porion li marquot su l'calpin pou l'quinzain.ne ;
Mingeant l'pain du briquet, l'cul à talons, caillau,
Es rinchant sin gasiau, à l'chirlout', du boutlot;
Ouais ! j'étos pon mineur, mais ch'n'est pon mi qui s'trompe:
Ch'tot toudis « hue » à l'fosse, aveuc ch't'ouverrier d'l'ompe,
A ch'forçat du traval, ch'est à li qu'ej busie,
Quand j'vos ein noir terril.

 

A l'ouvrache; el traval li faijot vir el leu,
Ouvrant toudis dins l'noir, sans ein mtit coin d'ciel bleu,
Manquant d'air tout sin posse et arniflant l'poussiére,
Raquant pus tard dél poutre et cha d's années intières ;
El bos d'fer l'esquintant, telmint lourd à manier
Et si souvint sans plache à n'pouvoir s'artourner ;
Ou cor ploïé in deux aux caillaux fruchant s'z oches;
Ah ! dzous chel sueur fraique y-avot : tatouach's, blèqu's, boches!
Et pon d'plache à ch el peur au mineur ch'l'aragé,
Mais, bien edvant l'pinsion, s'fosse all'avot grugé.
Ech't honm' fort respectap', ch'est à li qu'ej busie,
Quand j'vos ein noir terril.

 

 

I-avalot s'gross' platrée d'haricots, d'ratatoulle,
Edvant sin mtit niquet, tout à peinn' bue l'bistoulle,
Quand, rintré à s'mason au mitan du coron,
Disbotté, i-avot fait d'es' nettier dins l'caudron;
El jour nétot pon out: fallot juer d'I'arbraquette,
Cacher l'bon.ne affourée, pou l'lapin ou l'maguette,
Passer au pigeonnier pochiner ches coulons
Et ches cartes (ein' belote) aqueuté au pignon,
Donner dins l'tchiot' famil' l'gout du traval au gosse,
Pour qu'i' l'euche à sin tour l'invie d'aller à l'fosse.
A cht' honm' sociape et bon, ch'est à li qu'ej busie,
Quand j'vos ein noir terril

 

Sin traval, au mineur, ch'tot pon du cinéma.
Preufe in est, j'én mins pon : ches monts d'caillaux sont là
Ben que courach' mon DIU, pour saquer cha d'él Terre!
Sans compter tous ches drames, él douleur, él misère
Quand j'pinse, i n'arprésint'nt qu'él mitant d'és sueur
El carbon i-est parti in funquée, in vapeur.
Mais achteur' qu'él métier disparait conm' ches fosses,
Qu'in a fait ein musée pour l'amoutrer aux gosses,
Qu'ein à ein ches terrils sont grugés complèt'mint,
Faudrot pinser, s'souvnir, li faire ein monumint.
Mais nou pus biau homach', vu qu'cha'té fait par li,
Ch'est d'garder sin terril.
Robert MILLE




03/12/2011
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 810 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion