Je vous salue l'abbé. de Bertrand COCQ

 

 

 

abbé pierre.jpg

 

Cliquez sur le curseur pour mettre une musique douce pour lire le poème

fleche

 

Poème écrit le 24 01 2007 par Bertrand COCQ

 Je vous salue l'abbé.

Saint Pierre , fais attintion , quand t'ouvriras cheulle porte,

I étot pus fort solite et putôt « mal à pattes »,

Faudrot pon l' bousculer, i a fort saquer sur l'corte,

Alors, ches derniers temps sin coeur il étot mate.

 

Va falloir qui s'arposse , l'temps d' arprinte haleine,

Et au bout d'un momint , quand i s'ra rapuré ,

Té vas l'vire s' léver et i va printe la peine,

D' aller r'emercier ch' Bon Diu, d' l' avoir enfin rappelé.

 

J' voudros pas Saint Pierre, vous donner un consel,

J' supposse qu' au Paradis, o z'êtes bien équipés,

Qu'o z'avez Internet , suremint l'ADSL ,

Que vous lijez l' journal, et ravisez télé.

 

Mais muchez vite tout cha ! , surtout ne l' laichez pas,

Acouter les discours, raviser tout l' dallache

Que s' mort a provoqué, in partant d'ichi bas,

Pasque j' in sus certain, cha va l' armette in rache .

 

Je l' vos d'ichi l' abbé, escouant sin bâton,

Qui pourrot bien aquaire sur l'nez d'un politique,

In criant : « taijez-vous ! I a donc vraimint rien d' bon,

Qui sortira un jour d' toute cheulle maudite clique ! .

 

Vla ti pas qu' in pinse même à m' drécher d'z' estatues,

A m'donner des médales, à dire « ch' tot un Saint homme »

A appeler « Abbé Pierre », ches lois et ches avenues,

A dire « ch'est bête, s'plache , ch'étot suremint à Rome ! ».

 

Vous n'avez rien compris, i a pas d'quoi ête fort fier,

Vous dijez « et à s' t'heure, quoi qu'in va faire sans li ? »

J' vous l' dis eune fos pour toutes : « vous êtes tous abbé Pierre »,

Je n' fais pas d' différence intre vous et pis mi!.

 

J'auros jamais cru cha d'ête à ch'point là bouché,

Ti possipe d'ête si bête, i n'ont donc rien compris,

ICha fait 52 ans qu' je m' tue à l'répêter :

"Quand té donnes à quequ'un, ch't'a ti qu'té fais plaisi !!".

 

Pour avoir kaire ches gins ,faut pas faire d' chichi,

Cha n'est pas tout d' les vire, i faut les raviser,

Même si ch'est difficile, faut avoir à l'esprit

Que t'auras rien donné, si t'as pas tout donné. !

 

Et alors là Saint Pierre, i va r'mette s'capeline ,

In marmonnant dins s'barpe , i va vous déclarer :

« J'espère qu' ichi ches paufes i font pas du campine ,

Qu' les riches et les moins riches sont tertous mélangés.

 

J'espère qu' au Paradis, i a pas d' première classe.

Je n' veux pas qu' in m'installe à côté de ch' Bon Diu,

Donnez-me eune kaïelle , et faijez-me eune plache

ichi, derrière l' porte , juste à côté de ch'fu.

 

j' va accueillir ches gins , vire c'mint qui s'ont traités,

I a n'in suremint dins l' lot, certains que j'connaichos.

L' frodure alle s'installe, l'jour qu'in va m'interrer.

I a des paufes diapes l'nuit chi qui sont morts dins ch'rucheau.

 

J'espère qu'ichi au moins, té t' fais pas arfoulé ,

Qu'in d'minte pas tes papiers, ou des fiches d' salaires.

Que té seuches blanc ou noir, ou bin café au lait,

J'espère Seigneur qu' ichi , o n'avez pon d' Karcher. »

Bertrand COCQ



22/01/2017
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 871 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion