Ju de bidetsFichier hébergé par Archive-Host.com

 

Ju de bidets

 
Jé m' rapelle qu’un coup bien avant Noël min père i étot rintré dé l' centrale électrique éd’ Gosnay à mobylette avec dins eune sacoche ch' juet qu'in avot cuji eune paire éd' mos avant, su ch’ catalogue d’ la SLAC j’ cros bien : un ju d’ bidets. Y’ avot pas cor d’arbe éd’ Noël avec des spectaques pis des cadeaux à chés zéfants d’ mineur tout cha. Nan, chaque jeaunne i cusichot un juet sur un catalogue j’cros bien et chés parints i zallotent les quère eune paire éd’ jours avant Noël à l’ salle Paloma rue Charles Marlard.

Et donc ch’ t’ année là, in avot cusi un ju d’ bidet ; chétot un genre éd' casier in bos qui s'ouvrot in deux avec à l'intérieur un ju de l'oie et un ju d' backgammon (que j'ai jamais su commint qu'in juot à cha !). Et eune fos arfermée, l’boite alle présentot deux côtés : un damier pour juer aux dames (et pas aux échecs, in juot pas à cha dins chés corons) et d’ l’ aute côté ch’ fameux ju d’ bidets.

M’ mère alle adorot juer à cha ; enfin surtout quand alle gagnot ! Souvint in comminchot à juer su l’ coup d’ chinq heures l’ diminche après-midi ; in s’installot dins l’ cuisine, in bougeot l’tabe in formica pou l’ décoller dé ch’ mur et l’ mette au mitan dé l’ pièche ; in s’installot à 4 autour ; si in n’étot pas assez, in faijot appel à mémère, qui n’avot pas trop quère cha et qui préférot rester tranquille dins s’ pièche à tricoter ou à arpriser ses cauchettes. D’abord i fallot cujir l’ couleur d’ ses bidets : y avot des bleus, des jaunes, des rouges et des verts. Enfin cha chétot in théorie passe que chés verts i zétotent réservés à m’mère, in pouvot pas les prinde ; et min père chétot chés rouches.

Qui ché qui comminchot ? Bin, là aussi chétot m’ mère ; alle étot toudis pressée d’arriver et alle avot pas quère perde. Des fos, in juot pour des sous : 10 francs (anciens, cha faijot 10 centimes in nouviaux francs) du bidet culbuté. Quand alle in culbutot un, sin visage i s’illuminot , alle étot sans pitié ; alle culbutot ch’ bidet d’ bon cœur et souvint i valdinguot par terre su ch’ carrelache ! Mais alors quand chétot un vert qui étot culbuté, alle t’ ravisot avec des ziux presque méchants, plein d’ reproches ; et souvint après cha alle n’avot plus dins s’ tiête qu’ eune idée fixe : s’ vinger ! « Ah ! té m’as culbuté min cochon ! té vas vire eune fos qu’ j’aurai fait un 6 et que j’ séros arpartie ! ». Mais i fallot faire un 6 d’abord ; des fos chétot tout d’ suite et des fos ch’ fameux 6 i s’ faijot atteinde ; alors m’ mère alle inrageot, alle s’énervot, i fallot s’ dépêcher et des fos si in n’allot pas assez vite, in passot sin tour !

Chétot animé chés diminches après-midi à m’ baraque ! Quand alle gagnot, alle étot tout sourire et in aurot pu i demander n’importe quoi ; mais alors, quand alle perdot, in n’ osot pus l’approcher. In essayot bien dé l’ taquiner un tiot peu mais in s’ faijot raclaquer aussi sec. « Ché l’ dernière fos que j’ jue avec tizautes, vous savez que tricher ! ».

Mais tout in rouspétant, cha l’impêchot pas d’ mette elle flamique qu’in avot acaté amont Casteele récauffer un tiot peu dins ch’ four et dé s’ régaler tous insenne …
Bernard DOURLENS

 

 

 



07/01/2022
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 960 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Créer un blog | Espace de gestion