Mes deux viux

 

 

Mes deux viux

                        

Débiter su deux viux quand in z'a eu si querre

Ch'n'est pon in dire du mau, comme in pourrot pinser

Miux qu'cha ch'est comme un d'voir, qu'in dévrot tertous faire

Pour moutrer à chés gins qu'in z'a pon oubliés

 

Quand j'n'étos là qu'un jonne, ech mot avoir ed' l'âche

I'étot lon d'mes pinsées, tout n'étot qu'amus'mint

Et pourtant j'grandichos aveuc eusses sans ombrache

Trouvant dins leu mason mes meilleux sintimints

 

Quand j'les ai perdus d'vue, cha va faire chinquante ans

Quand ch'bon Dieu leu z'a dit, mes gins i faut dormir

J'avos gardé pour eusses dins min tiot cœur d'infant

Inn' plache là bien au caud pour ringer leus souv'nirs

 

Jé n'leu faijos qu'inn' baisse qu'inn' méchante fos par an

Mais toudis à bonne heure el jour des étrennaches

Quand el'neiche in un mont qu'all' armuchot chés camps

Qué ch'viux calendrier i r'cangeot chés imaches

 

Mais à forche ed' les vir, ed' traîner à leus guêtes

D'saquer à leus orelles dins l'voïette du gardin

A forche d'es acouter raconter leus goguettes

Un bon voisin à don cha dév'not un parint

 

Ed' leu viux baraqu'mint i n'in reste pus grand cosse

Pus grand cosse ch'est gramint, i n'reste meimme là pus rien

Un méchant sous-bass'mint r' ténant queuques terres ed'fosse

Du qu'chés carrettes i vientent s'armette ed' leus tourmints

 

In intind pus grand cosse d'el'canchon d'leus chabots

Arbinant su chés grès comme nou gilles in foufelle

L'sintimint d'leu tillu indormant chés osieaux

I'est monté douchet'mint comme inn' volée d'chinchelles

 

Ch'tot là min paradis, min deuxiemme berche d'infant

Que j'artrouvos toudis quand l'jour dév'not breumette

Quand chés pétotes d'zous l'cloque i cuisentent in cantant

Qu'chés lanques i s'déloïeutent alintour d'el'gueulette

 

Ch'tot là qu'pour deux fos rien qué v' nos mi rassaquer

Qu' pour inn' peimme toute carnée, pus raite qué l' pire jug'mint

Qué j'rintros bos, carbon, qu' j'filos querre leu lait

Qué j' tourniquos à ch'puche pour rimplir leu tubin

 

I vieillicheutent à deux, comme vient viux un bon vin

A l'étrot dins deux pièches, d' zous queuques toiles d'araignée

Elle quignant à l' fernête à l'affût d'un potin

Li berd'lant su inn 'pipe, bien mâte d'avoir finqué

 

I n's'imbrasseutent'é pus, où i s'mucheutent'é bien

Ch'tot pon la mote à don d's'imbrasser d'vant d'z'infants

I  n'dormeutent pus insanne, i'avot chés imbêt'mints

Li un ronfleux d'première, elle toudis raquillant

 

Si nou bon La Fontaine i 'avot cor'existé

Pour li mette su ses feulles sin quaînne et sin rosieau

Ch't'à l'porte ed'mes deux gins qui l'érot v'nu buquer

Trouver chés personnaches comme i s'l'imaginot

 

All'n'étot pon épaisse, ch'est meimme incor' gramint

Un tinchon, inn'archelle, inn' vraie branque à nojettes

S'traînant su ses deux gampes, ploänte à tous chés vints

Inn' belle figure fripée, un gros chignon su s'tête

 

Muchée dins sin fauteul, all'i passot s'journée

D'visant toudis tout seu, ronchonnant su grand-père

Pourlaiquant sin carreau dév'nu troupe pas l'beuée

Sin minton égrénant el'restant d'un pater

 

All'pluquot là su tout, all' vivot ed'deux fos rien

Queuques mouchons qu'all' pleumot dins l'fin fond d'es'n'écour

Sin morcieau d'chuque candi, sin pétit canon d'vin

Bien souvint inn' poire cuite qui réchaulot dins ch'four

 

All' n'étot pon d'nou coin, all'parlot pon comme nous

In se s'rot cru à pâques aveuc chés écalettes

All'avot dû un jour s'in aller d'sin poitou

Pour suife chi dins chés fosses es'pétite amourette

 

Inn' pétite amourette, j'in sus bien lon mes gins

Ch'étot un monumint, inn' carpinte sans parelle

Inn' vraie grand-porte ed'ceinse, s'adossant par momint

Mais n'arnonchant su rien ; hercule comme chés bertelles

  

Dins chés pus grosses'é pleufes, dins chés jours ed'tempête

S'grosse capote su sin dos, i l'arpintot ch'gardin

Sin tonnieau à bistoulle, intiqué sur s'brouette

A grantes'é castrolées, i'imbaumot ses voisins

 

Su un morcieau d'féralle, i li passot ses raches

I 'avot tout fait dins s'vie, chint métiers, mille misères

Hussard, pompier, mineur, adossé pa l'ouvrache

Quand i n'avot assez, i brayot su s'grante guerre

 

Intre deux chopes ed'bière qui faijot dins ch'caudron

Es'pipe intre ses dogts i r'prenot sin calvaire

Chiqueux, raqueux, feumeux, pour li tout étot bon

Pour indormir chés mouques, où infinquer grand-mère

 

I  z'ont vieilli comme cha à l'lueur d'ech quinquet

Sans meimme gramint ed'doucheur, i n'aveutent pus d'infants

Grand-mère aveuc inn' brique pour récauffer ses pieds

Et grand-père rabâchant chés contes ed' sin jonne temps

 

V'là la fin d'em' n'  histoire, l' vie simpe ed' deux brafes gins

Qui z'aveutent pour nom, tout simplemint Durand

Si d'leu viux baraqu'mint i n'in reste pus gramint

Leus imaches dins min cœur, jé z'airais cor' longtemps.

 

Isaïe Lampin

 

                       


04/03/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 865 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion