Noël in famil'le

 

NOEL IN FAMIL’LE 

Ch’est un soir de Noël, comme in n’in vot passer:

In a mis des candell’es, eun’e belle’napp'e, des guirlantes,

Récauffé un pick-up, grâce à Tino qui cante

Petit Papa Noël ; In n’sarot s'in passer.

 

Et pis, nou’ Pèr’e Noël est v’nu là déverser

Un tomb’reau pas crojap’e e’d juets, e’d cadeaux,

Des monceaux étalés, au pied d’un arp’e fin bieau,

Arraché dins ch’gardin, un sapin ratassé.

 

Un tiot électrisé, dins les boît’es, les fichelles,

S’roule à terr’e comme un sot et fait des cud'bérieaux ;

Pindint ch' temps là, pou’ l’dinde, in activ'e des fournieaux

Qui ont d’jà, dins leu’ vint’e, des boudins Qui craquellent.

 

I’l fait caud, in est bien et pour pas s’continter

Des odeurs dé l'cuisine, chà fait qu'in attindant,

In s'aguiss’e I’appétit tertous in grignotant

Eun'e nojette ou eun’ gauqu’e qui r’bin’ent e’d tous côtés.

 

Grand-pèr’e dit « nan merci », i’a perdu l’habitude,

I’l n’support’e pus grand coss’e, cor moins sin ratelier,

Mais, i’est prêt pour el suit’e : S’serviett’e grand' déploïée

A sin cou in dit long ; Ses gencif’es ont l’vie rude.

 

A ch’t’heur’e, v’là qu’i’ randoul’e sur Zitrone à l’télé

Et s’demind’e bien pourquoi il os’e cor dir’e ses couls

Alors qu’i’a tant d’chômeurs à l’porte qui s’les roulent ;

I’va ’i’écrire édmain, au nom des pinsionnés.

 

Grand-mèr’e préfèr’e Guy Lux, faut canger d’chaîn‘e pour elle ;

All’e dit qu ’i’ n’vieillit pas, qu'i’a toudie des bell'es culles,

Rigol’e pas comm’e certains, uniqu’mint quand i’s s’brûlent ;

Sin garchon, pou’ l’fair’e tair’e, dit qu'i’est temps pou' l’boutelle

 

 

El bouchon saute in l’air in mêm’e temps qu’ché deux vieux

Tout artournés du plât're queu dins ché terres, tout blanc ;

« Si ch’est pont du Champan'e, prénez chà pour du blanc ! »

Dit l’garchon malicieux, et servant sin mousseux.

 

Ch’est un soir de Noël et l’abondance arrife,

El mèr’e tout imbuée ramèn’e les premiers plats

Des kilos d'boudin blanc, suivis d’un vrai foie-gras.

Les jon’es, avec ché vieux, ont bien du mau’ à suif’e.

 

l’ fait caud, in est bien, in s’pourlèqu’e pour él dinde

Qui’avot fini par cuire après deux carbonnières ;

In rigole car éch’tiot, l’innochint né d’hier

Demind’e si les marrons ont poussé dins sin vinte.

 

El pus jon’e des garchons est allé s’camucher

Là, tout près dé l’crèch’e pour vir el tit Jésus ,

Pour tout dir’e i’ aim’rot miux êt’ avec et tout nu

Pou’ s’rouler dins l’bon foin, intre l'vaque et l’baudet

 

Au lieu d'chà, in l’imbêt’e pou’ s’n’assieitt’e qui’ arfrodit,

I’a pas queir’e du poulet, surtout eun’e si grosse aile,

Et même si ch’ti l’al’ a poussé à VERDREL,

I’ l’raviss’e d’eun’ drôl’e d’oel et l’v’ot d’jà raverdi.

 

Mais là, dins I’crèche, l’Efant, au mitan du désert,

Des parints pauv'es comm’e JOB n’ont rien d’aut ’ à ’i’offrir

Qu’eune étaule ingélée, juste assez pour dormir,

Et d’abord et surtout, d’el joie dins leur prière.

 

Ch’est pour chà qu’aujourd’hui, au fond d’un grand carton,

Li aussi dev’nu « crèche », in a vu nou’ nainnain

Dévorer comm’e jamais un bon gros quignon d’pain

Et d’eune Messe rapp'ler el tout’ première leçon :

« donnez-nous aujourd’hui, notre pain de chaque jour ».

Jean-Denis BRUCHET

 

 



23/12/2022
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Créer un blog | Espace de gestion