Maman

 

MAMAN

 

Ch’t'eun’ chose sacrée quand in arrive sur tierre.

Ch'est elle qui vous console et qu'in appelle es’mère

Quand in fait s'premier pas et alors qu’in culbute,

Ch’est elle qui vous arlève et qui vous donne el tutte.

 

Alle vous arlave dix cops pour canger vos pissioux

Et treuve que de s’n'ouvrache alle n'in vient pus à bout.

Si vous l'laissez tranquille in dormant gentimint

Ch’est elle qu'alle vous révelle in dijant : « cha va bin ? ».

 

I faudrot pour y plaire toudis y faire risette

Alle caresse vot’ minton et fait guili guili

Pinsant d’y faire plaisi vous froncez vot’ faussette

Et cujissez l’momint pour faire un gros pipi.

 

Après ch’est à l’école qu'in vous mène plein d’espoir

Et pour in peu qu’in brait, ch'est elle qu’alle print l’mouchoir :

Alle arvient à l'mason, mais faut pas y parler,

Alle voudrot que l’journée alle fuche déjà terminée.

 

Après ch’est l'communion, et là, vous êtes un homme :

Alle acate el costume avec eine longue maronne.

Ch’t’eine belle journée pour elle car vous êtes el pus biau,

Alle voudrot que c’jour-là i dure au moins six mos.

 

Et ch’est l’certificat et les autes examens

Mais dins l’tiête ed vot mère y n' n’ a pas d’pus malin

Et si vous arvénez d'avoir loupé quet’cosse

Ben ch'n’est point d’vot’ faute, mais ch’est à cause des autes.

 

Vous v'là bon pou l'service, in vous appelle soldat

Chà fait bin longtemps qu'alle craignot ch’momint-là.

Alle vous donne des consels : « fais attention à ti !

» Alors qu’jamais d’sa vie alle n’a vu un fusil.

 

Et pis quand in n’ n’arvient, qu’in a fait eine conquête

Alle s’ravisse dins eine glace et treuve que ch’est bin biête,

A force d’avoir voulu bin vous amicloter

Alle n’a même pas eu l’temps ed vir la vie passer.

 

Après vlà qu’alle s’artreuve avec un trot infant

Alle voudrot tout arfaire comme par auparavant

Mais les jeunes d’aujourd'hui i ont pas l'même caractère

I crottent qu’avec leur mote i vont arfaire el tierre.

 

Et un jour , sans rien dire, alle a fermé ses yeux :

Alors les jeunes bin tristes s'ravis’tent tous les deux ;

Les tiots sont là saisis, cessent ed braire un instant,

Alors que les parints i ditent : « au revoir maman ! ».

 

Edmond DEVEMY



29/05/2021
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 930 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Créer un blog | Espace de gestion