L'totote que j'ay bue de "Ti Fred"

L'tototte que j'ay bue al étot bonne et belle, pont ein' qui drèche el tète, pour faire des manières, j'm'in rappelle comme hier, al avot des rondeurs, parelle qu'ein nid, si douche qu'on y dormot d'plaisi, ch'étot ein paradis, ein' montane, ein abri d'où qu'on étot si bien, s'intétant à téter tout in tétant sin pouche. Vous, qu'o z'avez chuché dalle tutute in boutelle, 0 comprindrez jamais l'amitié qu'cha vous fait d'aller à l'totote.

M'mère al portot fière comme les femmes ed sin temps, al avot des pudeurs qu'in n'a pu aujourd'hui. Su sin corsache ouvert comme ein' fontain.ne d'amour, al habillot les choses aveuc tant précautions que les gins d'alintour ont toudis eu respect pour chal femme découverte, mais jamais provocante, comme ein doux tète à tète,ein' tette qui donne el tette , l'aute qui tutte à l'totote.

Ch'étot ein paradis, ein nid, ein' forteresse, ch'étot min bien à mi que j'ay gardé longtemps jusqu'à faire rire ed mi comme ein pitit dernier qui buvot cor à l'totote à l'age ed juer à l'barre, du lait au bout d'sin nez. Ein fiu ch'est innochint... J'ay jamais ren comprind à ches parlottes ed femmes, quand qu'on a l'tète ailleurs, on tutte, on n'acoute pont, ch'étot des patati et pi des patata sur des questions savantes qui parlent de ch'quatrième qu'on rattind pour les paques, qu'on appell'ra Julien et Juliette comme sin père, on n'avot pont bzon d'cha, enfin, on s'arring'ra, comme ein malheur heureux qu'on peut pont arfuser, et j'intinds cor m'mère dire in m'apouchinant : « tant qu'i bouot cor à l'tètte, j'rattindrais toudis pu ! ». Jai toudis ren comprind, m'femme al dit toudis : « Ti, on voiye qu't'es ch'darnier, t'as éteye trop longtemps à l'totote dé t'mère! ».

A croire qu'al a raison, jay dù apprinde des vices, l'gout m'a restaye comme ein arlint d'plaisi, à forche on d'vient gourmand, j'ay vu autour ed mi, les gamines bourgeonner au printemps et pi faire des manières, pour freumer leu corsage. O'z étaimes du même age. Allez comprinde pourquoye que les rondeurs des filles cha vous donne des invies, que l'diabe i vous mord,au diabe l'innochint, ein jour vlà qu'on d'vient diabe, tout cha ch'est des mystères.

Achteur, y a pu d'mystère, on a tout découvert et va tout parel. Les éfants i sont viux avant d'vénir au monde, on couche pi on découche, les femmes ont libéréyes, les éfants programmayes. Sainte Nitouche et pi saint Innochint n'attindent pu Saint Glinglin. M'paufe mère al érot l'temps dé m'dire : « mais taistoiye ! ». Ses vielles pudeurs ed femme et pi ses parlotes tout in m'donnant l'totote pour pont rattinde ein aute, ch'est des histoires ed viux.

A forche ed tant téter à l'totote eq j'aye eue, comme ein pitit dernier qui n'in sorte pont d'grandir, j'aye toudis conserveye du lait au bout d'min nez, j'ay apprind à dire : « Man, in tétant tètte à tète parei qu'in chuchott'mint qui chuchotte à l'totote, j'ay restaye innochint mais toudis fier dé m'mère.

Vas savoir aveuc ses vielles pudeurs,aveuc tell'mint d'caresses et tant d'si belles manières, si ch'est pont à cause d'elle que j'ay apprind tout d'mème à tant aimer ches femmes?

Tit Fred



25/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 787 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion