Cha s'a passé l'samedi 10 Mars 1906 "Marie Doué Cabre

 

 

Cha s'a passé l'samedi 10 mars 1906.


Pour li ouvrer à l'fosse, ch'est d'bonne heure qu'i s'in va.
Dernier jour d'el semaine, i s'y in va d'in bon pas.
Ed' main diminche, arpos, i s'sint tout plein d'intrain.
Tout in marchant, i siff',joïeux i s'dit:« Vif ed' main ».


Pour el' femm' d'éch' mineur, samedi grand nettoïache,
Pour bin nettier s'mason, all' a l' coeur à l'ouvrache.
Sus éch' poêle qui ronfelle, l'iau cauffe enn' dins ch' caudron,
AlI' prépare el'savonnache, pugnie d'potasse, savon.


Mais, s'arrête d'un seul cop dins s'tâche ménagère.
All' sursaute à ch'bruit sourd v'nant des intralles de l'tierre.
All' pinse à s' n' homme au fond, busie à ch' nom tabou,
All' sint sin coeur s'pocher: « Mon Diu! éch' cop d'grisou ! »


All' queurt bin vite à s'porte, all' vot ches femmes partir
Vers éch'carreau d'fosse, all'a peur à mourir!
Laichant es' porte ouverte, comm'eun' folle, suit ches gins,
Cortèche ed'femmes qui queurt'nt, échev'lées dins l'vint.


A ches grilles toutes freumées qui n'veul'nt point s'ouvrir,
Ches femmes appellent, all' crient, all'n'peuv'nt pus s'cont'nir.
Comm'un essaim d'abelles, all's'y sont cramponnées,
All'veul'nt ouvrir, savoir quo qu'ch'est qu'i s'a passé.


All' rest'ront là longtemps, ches pauf' femmes ingoissées,
Avant qu'in eufe ches grilles: à ch't'heure all' peuv'nt rintrer!
Mais ch'l'atroce spectaque les fait s'torde ed'douleur,
Des flots d'larmes, des sanglots. Ah, ch'l'horripe malheur!


Ed'vant ches restes affreux, barpes et piaux toutes roussies,
Ches effroïapes détals, ches femmes là toutes meurtries,
Dins leu chair, dins leu coeur, comme des pantins sans vie,
All' sont là d'vant leu z'hommes, pères, frères, oncles, et pétits.


Vous qui avez à ch't'heure, el' vie bin pus facile,
N'oubïez pas surtout, qu'ch'est grâce à vou taïon.
L'grand-père ed' vou grand-père a trépassé au fond,
Arconnu par es'montre, mais d'li, pas meim'un cil.

 

Cha d'vot ête un sam'di sans histoire, fin tranquille.
Ch'l'espoir ed's'arposer, diminche n'état pas long,
Pour goûter ch'plaisi d'ête insanne in famille.
Mais ch'destin a mis eun' crox noirte sur chaque mason.


Si un jour vous allez dins l'ville de Salaumines,
Arrêtez vous d'vant ch'monumint des mille victimes:
Vous y lirez un nom, qui vous s'ra familier
Ech'ti ed'ed' vou taïon, dins ches mille noms gravés,


Dins ches mille suppliciés, éch'ti d'François Doué.
D'vou aïeux, ed'vou rachines, faut jamais oubïer!

Marie Doué Cabre



10/03/2013
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 792 autres membres

Referencement
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion